A fond sur les vagues

Cédric Lamy a découvert le jet-ski à l’âge de vingt-sept ans. Passionné par ce sport très physique, il s’est lancé tardivement dans la compétition, décrochant cependant plusieurs titres de champion.

« J’habite à quelques kilomètres des plages du débarquement et j’ai toujours eu un attrait pour la mer, explique Cédric Lamy, agriculteur et entrepreneur à Aure-sur-Mer, dans le Calvados. Plus jeune, j’étais fan de plongée sous-marine, jusqu’à ce qu’un ami m’initie au jet-ski en 2000. Ce fut une révélation. Je n’avais jamais été attiré par les sports mécaniques comme la moto ou l’automobile. Le jet offre des sensations que je ne retrouve pas dans d’autres activités. »

De l’âge de vingt-sept à trente-cinq ans, Cédric le considère comme un loisir, avant de s’inscrire à une course en 2008. « J’aime la compétition et j’aime me dépasser, confie-t-il. Le jet-ski est éprouvant. Je préfère le pratiquer quand la mer est forte, avec des vagues et du vent. Ces conditions difficiles me permettent de me démarquer de mes concurrents. La mer est un espace de liberté. Sur terre, toutes les activités sont réglementées, alors qu’au large, nous n’avons aucune contrainte. »

Champion de France, puis d’Europe

Le passionné prend part à plusieurs épreuves, d’abord dans le Grand Ouest, puis au niveau national. Ses efforts finissent par payer : il décroche un premier titre de champion de France en 2012. Quatre autres médailles d’or suivent. Cédric devient champion d’Europe au Portugal en 2014 et en 2015, dans une des quatre catégories proposées. Lors d’une saison, il relève une dizaine de challenges, s’absentant souvent tout le week-end, voire plus longtemps pour certaines compétitions. « Les championnats d’Europe me conduisent parfois jusqu’en Grèce, poursuit-il. Le matériel est acheminé par camion et je me déplace en avion. Ces absences de l’exploitation m’ont obligé à planifier mes chantiers et à bien m’organiser dans mon travail. J’ai aussi appris à déléguer. Fort heureusement, je peux faire confiance à mes salariés. »

« La mer est un espace de liberté. Sur terre, toutes les activités sont réglementées. »

La pratique du jet-ski de haut niveau nécessite un budget conséquent. L’agriculteur a établi des partenariats avec ses fournisseurs. Il communique sur internet (1), en publiant des photos et des comptes rendus de chaque course. Lors de ses déplacements, il part souvent en solitaire, sans assistance logistique. Seule la préparation de la machine est assurée en amont par des professionnels. Une fois sur place, le sportif s’organise. Il lui arrive, parfois, de faire des dépannages lui-même, en pleine mer.

À quarante-six ans, Cédric espère courir encore quelques saisons. Il sort en mer régulièrement pour s’entraîner et se rend un à deux soir par semaine dans une salle de sport à Caen. « Le jet-ski m’apporte beaucoup, je rencontre des gens de tous horizons. Malgré la compétition, il règne un fort esprit de camaraderie et d’entraide, ce qui me plaît. Celui qui n’aime pas se faire mal n’a pas sa place dans cette discipline », conclut-il.

Sur Facebook : Cédric LAMY - Polite de Jet

Info La France Agricole - Denis Lehé

Le 2020-03-21 16:51:48 Par Admin
Catégorie : Portrait Pilote
Partager cet article

© Jet-Net.org enregistré à la CNIL sous le N° 848447- Copyright Jet-Net.org © 1999 - 2020