Jean-Bruno Pastorello, roi mondial du jet ski


Jean-Bruno Pastorello au guidon de sa machine de course, qui lui a valu un septième titre. /photo DR, Jérome Bolla

Rencontre avec Jean-Bruno Pastorello, le septuple champion du monde de Jet Ski. A 40 ans, ce pur Toulousain revient sur sa carrière prestigieuse et sur son avenir en compétition.

A quand remonte votre histoire avec le jet-ski?

J’ai découvert le jet-ski en 1989, nous étions des fous de sport mécanique dans la famille et plus précisément de ski nautique et de bateau.

Comment l’idée de faire des compétitions est venue à  l’idée d’un Toulousain, étant donné que cette discipline n’est pas très reconnue en France ?

J’ai commencé les compétitions en 1995 car j’avais arrêêté le rugby et je souhaitais un sport de glisse. J’ai passé dix ans sans rien gagner et j’ai travaillé très dur pour arriver au niveau des meilleurs. J’ai regardé les courses aux à‰tats-Unis et je rêêvais d’aller gagner chez eux. Ce que j’ai fait quinze ans plus tard.

Quelle est votre réputation en France et à  l’étranger ?

En France, je suis reconnu par beaucoup de jet skieurs, mes sept titres mondiaux y sont pour beaucoup. J’ai toujours aidé les jeunes pilotes et cela aussi m’attire un grand respect de la part des fédérations et des clubs. A l’étranger comme en Espagne, en Russie aux à‰tats -Unis ou au Brésil, je suis beaucoup plus connu car il y a plus de retombées médiatiques...

Vous vivez de votre passion ?

Je suis semi-pro (je suis par ailleurs chef d’entreprises), j’y consacre l’essentiel de mon temps, mais je n’en vis pas complètement, malgré les sponsors. Les déplacements et les frais d’acheminement du matériel coà»tent cher.

Vous êêtes à  l’apogée de votre carrière ?

J’espère encore pouvoir naviguer pendant au moins deux ans. Le plus difficile, c’est l’entraà®nement quotidien, je commence à  êêtre usé physiquement mais j’ai toujours la passion pour la compétition et je pense pouvoir conquérir encore un ou deux titres mondiaux.

Quel est votre avenir ?

Mon avenir est lié à  mon motoriste. S’ils décident de ne plus me faire confiance, à§a sera très dur de continuer mais pour l’instant je leur donne satisfaction et j’essaye de promouvoir au mieux la marque. Mes partenaires et mes sponsors me soutiennentpour deux ans.

Etes-vous un modèle pour des jeunes, tels Raphaà«l Maurin (double champion de France à  17 ans) ?

Je ne vais pas dire que je suis un modèle absolu pour ce jeune, mais je force le respect parce que je travaille très dur physiquement. En dehors de la pratique pure du jet-ski, on fait beaucoup de course et d’exercice physique. Les jeunes aiment travailler avec moi, ils sont sà»rs de progresser. Il est très prometteur. Il va d’ailleurs disputer ses premiers championnats du Monde aux à‰tats-Unis d’ici deux semaines.

La relève est déjà  assurée ?

Dans tous les cas, le team devrait continuer car mon fils vient de faire sa première course le week-end dernier à  Valras. Il afini cinquième en catégorie junior, la relève est peut-êêtre assurée oui.

Recueilli par Nicolas De Almeida

La Dépêêche du Midi

Le 2013-09-29 16:52:10 Par Admin
Catégorie : Competition
Partager cet article

© Jet-Net.org enregistré à la CNIL sous le N° 848447- Copyright Jet-Net.org © 1999 - 2018